Mes Crabes


Chez moi, le crabe a pris une forme rare et particulière. Je suis atteint d’une forme génétique et héréditaire.

Chez tous les individus «normalement constitués», il existe ce que l’on appelle des «gènes suppresseurs de tumeurs». Parmi ceux-ci, le gène RB1 ou «gène du rétinoblastome» est inactivé chez moi à la suite d’une mutation génétique inexpliquée.

Je suis donc né avec une anomalie génétique me prédisposant à divers types de cancers. Parmi ceux-ci, le rétinoblastome et les sarcomes.

En tenant compte de ces éléments, une surveillance régulière est faite notamment via des consultations de génétique et sera donc nécessaire tout au long de ma vie afin de prendre les devants et parer à toutes mauvaises intentions de «la bête». En effet, plus un cancer est pris tôt et dans de bonnes conditions, plus les chances de s’en sortir sont grandes.


J’ai développé jusqu’à présent 2 tumeurs «primitives» : un Rétinoblastome bilatéral à l’âge de 3 mois et un Léiomyosarcome intra-osseux à l’âge de 29 ans. Les traitements pour mon deuxième cancer sont terminés et je suis actuellement (3 ans après, à 32 ans) en train de me battre contre une métastase pulmonaire du Léiomyosarcome. Le combat est donc loin d’être fini.

Pour moi, de par ma prédisposition génétique, le Cancer est une maladie à vie. Jusqu’à présent, j’ai réussi à le tenir à distance. Cela n’aurait jamais été possible sans l’aide de nombreux alliés : ma femme, ma mère, ma famille, mes amis ainsi que les 2 centres d’excellence de lutte contre le Cancer que sont l’Institut Curie à Paris et le Centre Léon Bérard à Lyon avec toutes leurs équipes.


Il est très important dans le traitement du cancer d’être entouré. J’ai la chance énorme que ce soit le cas. L’aspect psychologique joue un rôle important dans le traitement de cette maladie.

© Pierre-François TRIBOULIN 2015