La semaine fut longue, tout s'accélère


Le système d’échographie cardiaque du Centre Léon Bérard étant en panne, je me suis présenté au cabinet du cardiologue pour mon examen ce lundi 22 septembre. Il a été détecté et diagnostiqué une péricardite avec épaississement du péricarde et épanchement. D’après la cardiologie cela explique probablement le blocage respiratoire que j’ai fais quelques jours auparavant. Elle pense que c’est virale. 

Le mercredi 24 j’ai rendez-vous au centre Léon Bérard pour ma cure de chimiothérapie « lourde » à base de GEMZAR/TAXOTERE. Je rencontre l’interne et le met au courant des derniers résultats. Il prévient le Dr Ray-Coquard qui veut du coup réaliser le scanner dans la journée + une IRM cérébrale. La chimio est annulée et les examens sont organisés. Sur l’imagerie, d’après le radiologue la tumeur n’a pas bougée. Cependant il nous met en garde de ne pas trop nous réjouir et d’attendre les explications de ma cancérologue. Elle a d’ailleurs prévu de nous rencontrer plus tôt que prévu, le vendredi 26 septembre.

Le vendredi en question nous nous rendons à la consultation avec ma femme. Ma cancérologue nous explique que le résultat de la chimio n’est pas celui attendu et n’est donc pas satisfaisant. On partira donc sur 6 semaines de radiothérapie pour essayer de davantage « contrôler » la tumeur. Je ferai néanmoins une chimiothérapie TAXOTERE le lundi 29 septembre en attendant les premières séances de radiothérapie. Par ailleurs, étant donné mon état de santé général et les effets provoqués par ma « péricardite » la cancérologue souhaite me faire examiner de manière plus poussée. En effet, cette péricardite n’est peut-être pas virale… J’ai donc rendez-vous avec un autre cardiologue courant octobre. La chirurgie n’est à priori plus envisageable pour le moment.

© Pierre-François TRIBOULIN 2015