Evolution

Biopsie


Hier (24 mai, j’avais rendez-vous au Centre Léon Bérard à 8h45 pour la biopsie (ponction pulmonaire)). C’est une petite opération chirurgicale ambulatoire sous anesthésie locale suivie de 6 heures de surveillance. Cela consiste à aller prélever des fragments de tumeur dans le poumon à l’aide d’un trocart. Mon passage était prévu pour 10h. Une prémédication m’a été donnée à 9h afin d’être détendu en vue du geste opératoire.

Pour l’examen j’ai été installé sur le ventre sous un scanner (pour la précision du geste). Tout s’est très bien passé. Ce geste est assez impresionnant mais peu douloureux. Une gène se produit néanmoins lors du passage de l’aiguille dans le poumon et lors des prélèvements.  

L’examen s’est vite déroulé et j’ai rapidement été ramené en salle de surveillance. Ensuite les équipes du Centre Léon Bérard ( je profite de ce blog pour leur rendre hommage) se sont occupées de moi « aux petits oignons » (déjeuner, café…)….

Le soir, j’ai pu rentrer chez moi vers 17h, retrouver les femmes de ma vie (ma femme, ma fille et ma mère) et profiter d’une bonne nuit de sommeil pour récupérer. Ma femme m’a par ailleurs fait une délicate attention en allant me chercher des sushis pour le dîner (j’adore les sushis!).

Prochaine étape : rendez-vous avec ma cancérologue le 6 juin pour faire le point, en savoir plus sur le résultat de la biopsie et quelles traitements me seront proposés.

Métastases


Alors que mes contrôles de surveillance (IRM corps entier, radio des poumons et visite avec ma cancérologue) étaient prévus pour début juin, un évènement imprévu s’est produit début mai.

Dans la nuit du mardi 6 mai 2014 je me suis mis à tousser brutalement et à cracher du sang. Nous avons tout de suite contacté SOS médecin qui m’a immédiatement appelé une ambulance direction les urgences de l’hôpital Louis Pradel (hôpital cardio-thoracique et vasculaire) de Lyon. Après radio des poumons, il s’est avéré qu’il y avait une hémorragie dans le poumon gauche. Ils ont donc décidé de me garder pour la nuit.

Le lendemain matin, j’apprends qu’en fait cette hémorragie était liée à 2 artères ouvertes par ce qui semble être une masse tumorale de 7 cm. Il est décidé dans la foulée de cotériser ces 2 artères via une embolisation et d’aller voir tout ça de plus près via une fibroscopie. Les choses ne traînent pas : les examens sont faits l’après-midi même. La fibroscope est d’ailleurs un examen très angoissant!

Après ces gestes ainsi que divers autres examens (radios, scanners, bilans sanguins) je reste plusieurs jours à l’hôpital avec de la fièvre (39°C fait son apparition, liée il semblerait à ces gestes).

En fin de semaine en accord avec les soigants, il est décidé que je peux rentrer chez moi malgré la fièvre (qui devrait durer 1 semaine) et que je verrai le plus rapidement possible ma cancérologue (Le Dr Ray Coquard). RDV est pris en consultation pour le jeudi suivant.

Les jours qui ont suivi ont été difficiles. Fièvre, fatigue, difficultés respiratoires suite à l’embolisation…

Le jeudi, je vois le Dr Ray Coquard en consultation. Elle m’annonce d’après les images du scanner qu’elle pense plus à un nouveau cancer qu’à une métastase pour cette nouvelle lésion. Il faut faire des examenrs pour confirmer. Un PET-SCAN (cumu scanner et scintigraphie) et une IRM corps entier sont prévus + une biopsie afin de déterminer avec exactitude l’identité de cette lésion. 

Par ailleurs, la cancérologue m’annonce que toutes les options seront envisageables en fonction de ce qui sera découvert : chimio, chirurgie, radiothérapie….. 

Tout s’enchaîne très vite et les examens sont vite prévus et organisés. Le PET-SCAN (lendemain de la consultation, vendredi 16 mai) et l’IRM (mardi 20 mai) se sont bien déroulés. J’attends maintenant la biopsie avec une certaine angoisse (il s’agit de passer un trocard dans le dos vers le poumon afin de prélever des échantillon. Le tout sous anesthésie locale. 

Je me pose mille et une questions… De quoi s’agit t-il ? quels seront les traitements ? Pour combien de temps ? pas simple avec ma petite fille qui n’a pas encore 2 mois et ma femme qui doit également faire face à ce nouveau coup de massue. Heureusement, nous avons de l’aide de la famille mais cela reste une nouvelle épreuve très difficile…

L’attente est longue et très angoissante !


© Pierre-François TRIBOULIN 2015